Samedi 5 novembre 2011 6 05 /11 /Nov /2011 13:13

 

 

  Sarkozy Merkel Papandréou référendum rigueur Grèce dette diktat   grece referendum zone euro

 

Mise en place d'une Europe austéritaire

 

Il a fallu moins d’une semaine pour que le sommet européen qui avait soit-disant « sauvé l’euro »  ne fasse pschiiicht  (Sarkozy fait payer les malades et envisage une hausse de la TVA - Chômage : record battu! Un sommet européen pour du vent !)

 

Il a malheureusement fallu encore moins de temps pour que Papandréou se plie au diktat de Sarkozy et Merkel, alias Merkozy, le sommant d’annuler son projet de soumettre par référendum ce dernier accord européen condamnant la population grecque à 10 années de rigueur.

 

Son acceptation a fait l’objet d’un chantage, la Grèce étant menacée de devoir quitter la zone euro voire l’union européenne en cas de victoire du NON.

 

Grèce euro UE diktat Troïka

 

Merkel, Sarkozy (et son parti godillot, l’UMP) se sont déchaînés contre cette initiative jugée irresponsable, niant sans aucune pudeur le droit du peuple grec à se prononcer quant à la poursuite de politiques destructrices, brutales et inutiles tant sur le plan économique que social.

 

Si François Hollande a estimé que Papandréou "était dans son droit", on ne pouvait faire déclaration plus alambiquée ; ce dernier assimilant refus de cet accord et sortie de l’euro donc cautionnant au final ce chantage.

 

Une fois de plus, les médias dominants ont raconté le conte de fée d'un plan généreux et novateur que Sarkozy aurait d'un exploit arraché à l'inflexible Merkel. Selon cette même logique mensongère, la Grèce, ingrate, refuserait les quelques contreparties budgétaires demandées...

 

Il s'agit en fait de pérenniser des politiques imposées de façon autoritaire par la Troïka (UE/BCE/FMI). Ces 7 plans d'austérité ont fait couler l'économie de la Grèce ( Grèce : le pillage doit cesser ! Annulation de la dette publique! en imposant à la population des sacrifices démentiels.

 

En Grèce, ces politiques n’ont  jamais remis en cause les avantages fiscaux de certaines castes (clergé, armateurs) et dépenses militaires faramineuses faisant le profit des marchands d'armes français et allemand.

 

C’est donc une véritable dictature des marchés financiers qui est en train de s’abattre sur l’Europe toute entière ; Merkel et Sarkozy se chargeant de faire régner cette nouvelle terreur.  La Grèce est ainsi prise en otage pour effrayer d'autres peuples (Italie, Espagne, Portugal, Irlande et même France) afin d'imposer de sévères plans de régression sociale (recul de l’âge légal de la retraite par exemple - aujourd'hui Fillon promettant un budget de casse sociale comme jamais vu depuis 1945...)

 

Grève retraite 2010 raffinerie                 François Fillin régression sociale rigueur austérité retraite

 

Un tel référendum aurait du se tenir bien avant puisque Papandréou n'avait pas gagné les élections de 2009 pour mener une telle politique. Cette annonce est avant tout le fruit de la pression gradissante de la rue et des grèves (ou peut-être s'agit-il d'une manœuvre politicienne prise au mot par les marchés financiers).

 

Désormais, le premier ministre de la Grèce ne pourra plus rien annoncer publiquement sans téléphoner en préalable à Sarkozy et Merkel. Cette tyrannie qui ne vise que l’enrichissement d'une oligarchie financière est insupportable.  Comment faire pour y résister ?

 

Déconstruire les mythes libéraux et résister

 

Tout d’abord tordre le coup à cette idée simpliste et mensongère, digne d'un pilier de bar, qui est constamment  matraquée par les médias:  « les caisses seraient vides ».

 

LES-CAISSES-SONT-VIDES Sarkozy rigueur dette austérité dépense publique

 

Non les caisses ne sont pas vides. En France, par exemple, elles sont siphonnées chaque année d'une centaine de milliards d'euros grâce aux cadeaux fiscaux et exonérations de cotisations accordés notamment aux grande entreprises telles que Total ou Videndi, le bouclier fiscal représentant par ailleurs plusieurs centaines d'euros de perte chaque année.

 

Il faut également mettre fin à cette politique crétiniste de « rigueur » ou « austérité » (dont François Bayrou a été le chantre) consistant à tailler dans les dépenses publiques pour prétendre revenir vers un équilibre budgétaire.

 

La relance de l'économie nécéssite au contraire un déficit public, c'est-à-dire des investissements d'intérêt collectif notamment dans les domaines suivants : isolation des logements, construction massive de logements sociaux pour casser la spéculation foncière re-developpement du rail, du fret et de moyens de transports alternatifs à la route, recherche dans de nouvelles sources d'énergies renouvelables...

 

Les coupes budgétaires dépriment la demande et aggravent la situation économique (chômage, paupérisation, précarité…) et donc tarissent les recettes pour aggraver le déficit. Il faut sortir de ce cercle vicieux! 

 

Enfin, la loi Pompidou-Giscard (1973),  retranscrite dans les Traités de Mastricht et Lisbonne, porte une lourde responsabilité dans l’émergence puis l’aggravation de l’endettement public puisqu'elle contraint les états à se financer auprès des marchés financiers privés. Dans un contexte ultralibéral mis sur pied par les directives européennes, les spéculateurs ont loisir à étrangler les états.

 

loi Pompidou Giscard banque centrale dette publique origine                            LISBONNE.jpg

 

Cette dette se régénère d’elle-même  puisqu’elle représente en France chaque année une ponction d’environ 50 milliards d’euros, le paiement des intérêts conduisant les Etats à rembourser plusieurs fois la dette.  

Aussi, comment oublier le coût des généreux plans de sauvetage des banques opérés à partir de 2008 et qui ont permis à ces dernières de s’enrichir sur le dos des contribuables.

 

La rigueur fait payer aux salariés et contribuables modestes le prix de l'enrichissement de la finance, le tout dans un contexte insoutenable de mise sous tutelle de notre vie publique.

 

occupy wall street indignés                              

 

La révolte monte en Espagne, en Grèce, dans les pays arabes, en Inde, aux Etats-Unis et en Angleterre. Certes le mouvement des indignés français reste aujourd’hui bourgeonnant quoiqu’en phase ascendante ; mais la répression déployée à son encontre devrait au contraire nous inciter à le soutenir. Il est incompréhensible que les centrales syndicales se soient bornées en octobre à une simple journée d’action sans grève…   

 

occupons la defense indignés 

 

Le mouvement des Indignés à tout intérêt à faire la jonction avec le mouvement social tout en essaimant ses idéaux de démocratie réelle et sociale.

Par Méduse - Communauté : Défense du service publique.
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Le blog de Méduse

Liens

AFFICHE JLM 80X60

 

PG-4c7ff952946ab647323d8bf9100ff6c8

 

siteon0-dc90f.gif

 

blogs6_0carre--1-.png

 

dette audit pétition austérité rigueur pillage privatisation sarkozy citoyen révolution démocratique audit

 

 

 

 

http://labs.ebuzzing.fr

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés