Jeudi 28 juin 2012 4 28 /06 /Juin /2012 20:49

Hollande austérité Merkel pacte budgétaire volet croissance europe  carambar hausse du smic 2% Hollande Mélenchon front de gauche

 

Nette sanction de la droite et abstention record

 

Le 17 juin a marqué une nette victoire de la gauche sur la droite et en particulier une sanction des personnalités les plus shootées à la stratégie de Buisson (Nadine Morano, Maryse Joissains-Masini, Eric Raoult...)

 

Cette victoire ne doit pas pour autant éclipser l'abstention record enregistrée lors de cette élection législative (soit 44% au 2nd tour) ainsi releguée au second plan derrière la présidentielle du fait notamment de l'inversion du calendrier électoral mise en place depuis 2002.

 

Le score du Front de Gauche au 1er tour peut apparaître décevant (moins de 7% soit 1,7 millions de voix) compte tenu du score réalisé par Jean Luc Mélenchon à la présidentielle (11% soit 4 millions de voix), ce dans un contexte où le chantage du "vote utile" avait moins de prise.   

 

La fragmentation en campagnes locales et la difficulté à mettre en place une dynamique nationale y est sans doute pour quelque chose. Il faudra au sein du Front de Gauche se dire franchement les choses sans pour autant mettre en péril l'édifice qui reste en construction et qui sera vital pour affronter les évenements à venir... 

 

Quand Hollande trahit sa promesse de sortir de l'austérité 

 

  Samaras nouvelle démocratie victoire Grèce mémorendum Syriza austérité dette  Merkel Hollande pacte budgétaire europe austéritaire volet de croissance

 

Alors qu'il avait promis à plusieurs reprises et notamment en fin de campagne de sortir de l'austérité, Hollande décidait à quelques jours des élections législatives en Grèce de s'y inviter, en donnant un coup de main à la droite conservatrice grecque (Nouvelle Démocratie) qui avait pourtant recyclé une partie de l'extrème-droite (le LAOS) en réaction à la poussée de la gauche anti-austérité Syriza représentée par Alexis Tsipras.

 

Ainsi Hollande déclarait :

 

"J’ai conscience que les électeurs doivent avoir la pleine souveraineté mais je dois les prévenir parce que c’est mon devoir, parce que je suis un ami de la Grèce, que si l’impression est donnée que les Grecs veulent s’éloigner des engagements qui ont été pris et abandonner toute la perspective de redressement alors il y aura des pays dans la zone euro qui préféreront en terminer avec la présence de la Grèce dans la zone euro."

 

"Il appartient aux Grecs de se prononcer souverainement. Mais leur choix est aussi de savoir s'ils veulent rester, ou non, dans la zone euro. Ce qui suppose le respect des disciplines budgétaires et des mesures concrètes pour la croissance" 

 

En "bon ami des Grecs", il se cachait derrière d'autres "pays" pour agiter la menace d'une exclusion de la zone euro si la Grèce décidait de suspendre l'application du mémorendum de casse sociale en votant Syriza!

 

 

 

Dans un tel contexte, on voit bien que l'intention de Hollande n'est pas de résister à Merkel mais bien de s'y soumettre , les 120 ou 130 milliards d'euros "débloqués" au titre du "volet de croissance" ne sont pas grand chose en comparaison du PIB européen de 14 000 milliards ou encore des 1000 milliards d'euros que la BCE a prêté aux banques privées à des taux de 1%... Sans parler des nombreux autres renoncements (statut de la BCE, eurobonds...) 

 

L'effet de ces broutilles sera annulé par le choc de la mise en oeuvre du pacte budgétaire (TSCG). En cela  Hollande n'a en rien "réorienté l'Europe", le document final à ratifier est un pacte d'austérité et de libéralisation!  austérité aggravée avec la mise en place de la règle d'or (3% de déficit d'ici 2013 et 0,5 d'ici 2017), nouvelles attaques contre les retraites, libéralisation à tous les étages (électricité, ferroviaire...), TVA sociale, déréglementation du marché du travail... L'austérité c'est maintenant ! 

   

Le récent coup de force de Monti et Rajoy montre bien que Hollande aurait pu refuser le pacte budgétaire (TSCG) et à quel point le "volet de croissance" est une supercherie

 

Dans l'affaire ce sont deux politiciens de droite et pro-austérité qui ont obtenu quelques concessions de la part Merkel, là où Hollande n'aurait fait que de la  figuration 

 

Le SMIC et les coupes budgétaires à venir.

 

  Sapin hausse du smic 2%  Hollande Cahuzac austérité rigueur discipline budgétaire

 

Sur le plan national, la hausse du SMIC de 2% est dérisoire puisque hors inflation le coup de pouce se réduit à 0,6% (soit 1 carambar par jour). Le Front de Gauche a au contraire prouvé qu'il était possible et souhaitable économiquement d'augmenter le SMIC de façon significative (1700 € bruts) pour relancer l'économie.

 

 

Après la suppression de 150 000 postes dans la fonction publique sous Sarkozy, Hollande entend financer les créations de postes dans l'éducation nationale, la police et la justice exclusivement par redéploiement ce qui signifie suppression d'autant dans d'autres services (soit au total 65 000 postes), ce dans un contexte de coupes générales dans les dépenses publiques (lettre de cadrage de Ayrault). Attention : la santé et les hôpitaux étant également concernées par cette menace.

  

En décidant de geler l'effectif de la fonction publique au niveau où l'a laissé Sarkozy, Hollande ne fait rien de plus que cautionner les RGPP et les suppressions massives de postes sous Sarkozy pour au final poursuivre cette casse sociale...

 

D'une part, Hollande n'a cessé durant sa campagne d'invoquer un "vote utile" ou "vote efficace", c'est-à-dire voter pour lui dès le 1er tour comme s'il s'agissait de l'unique façon de "changer maintenant" ou de "sortir du traumatisme sarkozyste", plaçant ce faisant les questions de programme (notamment sur les nombreux flous : renégociation du pacte budgétaire, SMIC...) au second plan...

 

Dans ces conditions, Hollande a-t-il été élu pour mettre en oeuvre le pacte bugétaire d'austérité  Sarkozy-Merkel (TSCG)? La question se pose d'autant plus que, notamment sous la pression du Front de Gauche, Hollande a été contraint durant la campagne de promettre une "sortie de l'austérité". Engagement qu'il trahit aujourd'hui en jouant sur les mots parlant désormais de "respect des engagements", de "discpline budgétaire"...

 

NON au pacte d'austérité et de libéralisation ! L'austérité ne fera qu'aggraver la situation économique, la résistance c'est MAINTENANT!

 

Par Méduse
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

Le blog de Méduse

Liens

AFFICHE JLM 80X60

 

 

dette audit pétition austérité rigueur pillage privatisation sarkozy citoyen révolution démocratique audit

 

 

 

 

 

http://labs.ebuzzing.fr

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés