Dimanche 3 juin 2012 7 03 /06 /Juin /2012 18:25

 

front de gauche programme l'humain d'abord alternative rigueur austérité front de gauche

 

Alors vainqueur contre Sarkozy, Hollande promettait à la Bastille le 6 mai au soir de sortir de l'austérité.


Pourtant, tout au long de sa campagne Hollande aura réaffirmé, non sans schizophrénie, son "respect des engagements européens de la France" c'est-à-dire ceux que Sarkozy avait pris vis-à-vis de Merkel dans le pacte budgétaire (TSCG ) : réduction des déficits publics à 3% dès 2013 et à 0% en 2017 !!!


"Respect des engagements de la France", "discipline budgétaire" autant d'euphémismes pour dissimuler le choix de l'austérité et qui interdira de facto toute politique de gauche ou de relance de l'économique par la dépense publique. On sait que l'austérité ça ne marche pas : l'exemple de la Grèce montre que les plans successifs ont aggravé les déficits et la dette (de 120% du PIB en 2010 à plus de 160% en 2012...) tout autant qu'ils ont plongé le pays dans la pauvreté extrème. Le solde budgétaire net de la Grèce avant paiement des intérêts n'étant que de - 1% du PIB, on voit bien que ce sont les créanciers qui saignent cette nation.

 

Après la Grèce, l'Espagne coule à son tour sous l'effet des politiques d'austérité...

 

UE troika BCE FMI réformes structurelles privatisation austérité rigueur      

 

La promesse de rénogocier les traités européens d'austérité (MES et TSCG) signés Sarkozy-Merkel se concrétise par une superchérie qui consistera à rajouter un simple volet additif dit de croissance sans remettre en question le contenu même de l'Europe austéritaire.


Ainsi Laurent Fabius sommait la Grèce "sans arrogance" de ne pas revenir sur le dernier mémorendum et donc d'accepter notamment des amputations de salaires de 22% sous peine de sortir de la zone euro...

 

Ce chantage est fallacieux car il n'existe aucune disposition dans les traités européens permettant d'exclure une nation de l'euro et aussi parceque Syriza, coalition de gauche anti-austérité, qui était implicitement visée par Fabius, souhaite une annulation du mémorendum sans sortir de l'euro.

 

Fabius grecs sans arrogance sortie de l'austérité engagements austérité rigueur

 

Les médias ont menti sur la Grèce : cette nation est mise à sac par la finance. Elle ne bénéficie d'aucune aide puisque les sommes débloquées sont versées sur un compte bloqué qui alimente directement les créanciers. Ne pas abroger le mémorendum c'est aggraver la crise humanitaire causée à ce pays! 

 

sans-baris-pauvrete-500x250 

  

En France, la Commission Européenne a dépêché ses émissaire pour dissuader le nouveau gouvernement de rétablir la retraite à 60 ans et le pousser à poursuivre les fameuses "réformes structurelles" qui sont la baisse des cotisations patronales reportées sur la TVA, la privatisation d'EDF et de la SNCF, la mise en place d'un contrat unique, la casse du droit du travail... Bref tout le contraire de ce pourquoi la gauche a battu la droite!


Hollande et son gouvernement n'ont pratiquement pas réagi, il faut au contraire boter les fesses à la Troïka composées d'institutions opaques (UE/BCE/FMI) et non élues qui n'ont pas à imposer la régression sociale aux peuples souverrains.


LRU, retraite à 60 ans très restrictive, rétablissement des postes publics supprimés sous Sarkozy, les indices sont nombreux qui illustrent la rupture minimaliste du nouveau gouvernement vis-à-vis des politiques de régressions sociales menée sous la droite et sous Sarkozy et auxquelles seul le Front de Gauche propose une réelle alternative.

 

Fin 2011, EELV passait un accord de capitulation vis-à-vis du PS et en ce sens ils ne représentent pas une réelle alternative de gauche face à ce gouvernement dans lequel ils ont déjà mis les pieds... 


images-copie-42

 

Du score des candidats Front de Gauche découlera le nombre de députés que nous pourrons faire élire à l'assemblée nationale car plus nous arriverons en 1ère position à gauche dans de nombreuses circonscriptions, plus nous serons en situation d'obtenir des désistements en notre faveur pour battre la droite et l'extrème-droite.

 

A l'inverse il faut interpeller les candidats PS-EELV sur une abrogation des traités austéritaires Sarkozy-Merkel.

 


Par Méduse
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 22 mai 2012 2 22 /05 /Mai /2012 10:58

Mélenchon Tsipras Front de Gauche Syrisa Grèce France dette rigueur austérité Merkel Hollande volet de croissance    front de gauche

 

Il faut sortir de l'austérité. Cette politique est non-sens sur les plans historiques et économiques. Non sens historique car elle ne tient pas compte de l'échec des  politiques de déflation salariale et de rigueur déjà mises en place par la droite française (Laval, Herriot, Doumerque...) dans les années 30[1].

 

Non sens économique car la rigueur aggrave les déficits dans la mesure où elle déprime la demande et au final contracte les recettes publiques. L'exemple de la Grèce témoigne de l'aggravation catastrophique des déficits à cause de l'austérité, en plus de leur cruauté sur le plan humain.

 

Plus cette politique échoue et plus les ayatollah du libéralisme en redemandent, prétextant mensongèrement que le Grecs n'auraient pas mis en place leur politique.

 

Cette fuite en avant rappelle la crise argentine des années 90. Le défaut de paiement et la rupture avec les politiques de casse sociale imposées par le FMI avaient au contraire permis de sortir du cercle vicieux de la récession et de générer une croissance qui n'a désormais rien à envier au marasme européen actuel (au passage, les exportations argentines n'en sont pas l'unique raison, l'exemple de l'Islande, petit pays et de surcroît globalement plus importateur qu'exportateur en illustre...) 

 

index-copie-24.jpg  images-copie-38.jpg

 

Le soir du 6 mai Hollande promettait à la Bastille de sortir de l'austérité. Cette légitime aspiration ne doit pas pour autant nous rendre aveugle vis-à-vis de son programme et qui dissimule une bonne dose d'austérité.

 

Pour ne citer que l'objectif de réduire à 3% les déficits publics dès 2013 et à 0% en 2017 (soit le contenu même du pacte d'austérité Sarkozy-Merkel, TSCG...) ce qui interdit de facto toute politique de relance par la dépense publique. Au contraire, il faut sortir du prisme crétiniste cher à Merkel d'une relance économique par la précarisation et la paupérisation des salariés.

 

Le discours de rigueur est pleinement assumé par Moscovici et Cahuzac qui occupent deux places fortes du futur gouvernement (ministère de l'économie, des finances et du commerce extérieur et ministère du budget). 

 

Moscovi Cahuzac rigueur austérité 3% déficit traité européen Merkel rénégociation volet de croissance

 

En parallèle, on entend dire qu'il ne faudrait ménager Merkel. Mais de quoi va-t-on discuter alors? S'agit-il de sortir de l'Europe austéritaire ou de négocier un additif intitulé "volet de croissance" et qui ne remettra en rien en cause de contenu même des récents traités Sarkozy-Merkel (MES et TSCG)?

 

En Grèce, les partis austérité sont sévérement sanctionnés (la droite et les socialistes PASOK) ne recueillent qu'un tiers des voix. Syriza, le parti de gauche anti-mémorandum réalise une percée et témoigne de sa pugnacité à défendre ses engagements : l'austérité n'est pas négociable, il faut en sortir.

 

élection grèce 6 mai Syriza PASOK Nouvelle Démocratie parlement

 

Les Grecs retourneront aux urnes parce que les partis perdants (PASOK et Nouvelle Démocratie) ont voulu coûte que coûte imposer à leur nation sa soumission à la finance et le pillage de ses ressources.

 

En Grèce ou ailleurs, que cesse ce chantage et cette menace d'une sortie de l'euro pour qui cesserait de se soumettre aux politiques d'austérité! La solidarité avec la Grèce doit être totale car c'est du sort de l'Europe et de sa résistance à la casse sociale dont il est question : nous sommes tous des Grecs!

 

   index-copie-22

 

En France, seul le Front de Gauche porte un réel programme de rupture visant à créer la conditions favorables à une relance de l'économie et une réelle réparation des dégats de la politique de Sarkozy : par exemple, les 60 000 postes d'enseignants que Hollande souhaite recréer dans l'enseignement ne seront financés que par redéploiement donc depuis d'autre services publics (la justice, les hôpitaux, les équipements???)

 

Plus que jamais la campagne des législatives doit s'inscrire dans une visée nationale  pour profiter au mieux de la dynamique de la campagne présidentielle et éviter l'écueil de sa dilution dans des enjeux locaux peu lisibles aux yeux de nombreux électeurs.

 

La vraie rupture c'est le Front de Gauche, notre programme c'est l'Humain d'Abord.

 

l humain d abord front de gauche programme 2012

 

[1] Nationalistes et nationaux (1870-1940), Henri Guillemin, Gallimard, 1974

Par Méduse
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Le blog de Méduse

Liens

AFFICHE JLM 80X60

 

 

dette audit pétition austérité rigueur pillage privatisation sarkozy citoyen révolution démocratique audit

 

 

 

 

 

http://labs.ebuzzing.fr

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés